Géopolitique : Syrie/Irak vers une nouvelle stabilité?

Aujourd’hui l’EI semble défait, du moins pour les dirigeants occidentaux. Mes analyses passées sont en parties battues en brèche. L’heure de faire un bilan et d’envisager l’avenir. Je ne croyais pas à une possibilité de victoire coté Irakien. J’ai eu tort du fait que je voyais toujours une opposition entre le pouvoir, les sunnites et … Lire la suite Géopolitique : Syrie/Irak vers une nouvelle stabilité?

Kurdistan : Nouvel enjeu du Moyen-orient ?

Translate Le Kurdistan, et le problème territorial qui y est lié, s’installe durablement dans le paysage géopolitique du moyen-orient. Entre jeux d’alliance et intérêts contradictoires, il pourrait devenir l’enjeu des 10 prochaines années. Mon collègue Alain, dont je salue la création du blog Géopole,  m’a fait part d’un document intéressant montrant les relations entre les … Lire la suite Kurdistan : Nouvel enjeu du Moyen-orient ?

Géopolitique : Kurdistan, l'imbroglio qui oublie l'histoire

Translate Aujourd’hui, on entend parler beaucoup du Kurdistan et des bombardements de la Turquie sur cette zone. Au point de faire un turkishbashing qui ferait passer Vladimir Poutine pour un ange. Et l’histoire dans tout ça ? Si la situation du Kurdistan est complexe, c’est qu’elle remonte à des périodes très lointaines. Mais c’est surtout … Lire la suite Géopolitique : Kurdistan, l'imbroglio qui oublie l'histoire

Géopolitique : Turquie, la stratégie d'Erdogan

La Turquie est l’objet de critiques vives dans sa gestion de l’agression des Kurdes par l’Etat Islamique. Si les choix du premier ministre Erdogan sont criticables, ils doivent toutefois être pondérés par une situation géostratégique complexe. (in english at the bottom)

Pour nous, Français, il faut imaginer que le Kurdistan est un peu comme le pays basque : Réparti entre plusieurs pays, avec une minorité armée réclamant l’indépendance. Imaginons maintenant qu’en Espagne une force terroriste envahisse le pays et s’en prenne particulièrement aux basques. Les autres pays occidentaux décident alors d’envoyer des armes aux indépendantistes basques, tout en bombardant bien à l’abri dans les cieux. Voilà grossièrement la situation que ressentent les turques avec en fond une question : Une fois débarrassés de l’État Islamique au Kurdistan, que deviendront toutes ces armes ?

640px-Alexander_den_stores_rike,_Nordisk_familjebokUn repositionnement géostratégique

Mais la différence est qu’Erdogan, à la manière de son (ancien) allié états-unien, a fermé les yeux sur ce qui se passait à sa frontière à la Syrie et cherche également à imposer à nouveau la Turquie comme force prédominante dans la région. Les négociations pour l’entrée dans l’Union Européenne étant au point mort, la Turquie se tourne, comme la Russie, vers l’Est et le Sud. Ainsi, le gouvernement turc voyait-il d’un bon œil l’affaiblissement du voisin Syrien. La Turquie profite également de la vente du pétrole par l’EI, tout en vendant vraisemblablement quelques armes produites localement (exportations pour 1,3 milliards de dollars en hausse de 35% en 2013). Confronté depuis des décennies au problème indépendantiste  kurdes et aux terroristes du PKK, Erdogan voit l’occasion d’affaiblir cet ennemi de l’intérieur. Pour l’EI, il pense qu’ils se concentreront sur la zone au sud de la Turquie, soit ce qui serait l’ancien état du Levant.

Lire la suiteGéopolitique : Turquie, la stratégie d'Erdogan