Test mobile : Une semaine avec #MarioKartTour

Cela fait une semaine que cette version mobile de MarioKart est sortie. Faut-il ou pas craquer ? Retrouve-t-on le fin des versions consoles? Quelles sont les astuces pour progresser sans payer ?

Pour répondre à cette question, ça dépend de quelle(s) version(s) vous venez. Pour quelqu’un comme moi qui joue depuis les premières versions superNES, qui a fini la version DS, et n’a pas beaucoup aimé la version Wii, je dirai que c’est un accueil mitigé. Pour ceux qui ont découvert ça sur Wii, Switch…voire GameCube, ça doit être mieux. En fait, cela tient d’une part à l’influence du Snaking dans le jeu, cette technique qui vise à faire des séries de dérapage en ligne droite pour activer des turbo et qui tue le beau pilotage propre. D’autre part, il y a aussi l’influence trop importante des bonus offensifs et l’impossibilité d’élaborer des stratégies de défense face à cela. Ces deux points me dérangeaient sur les dernières versions.

Le tirage…

Bon, pour l’instant il n’y a pas de mode multijoueur (avec les sempiternels codes amis) alors on se contente d’une saison, celle de New York. Comme je n’ai rien voulu acheté, j’ai donc joué autant qu’il est possible de le faire, car on a droit à un certain nombre d’upgrade de kart, de pilote et … d’aile (car maintenant on vole dans MarioKart). Il faut que j’explique cette mécanique problématique pour moi. Chaque pilote/personnage a un nombre de point de départ et qui progresse au fil des courses. On a droit à un nombre d’augmentation par jour pour ne pas trop pousser au jeu tout de même. Idem pour les karts et les ailes. Lorsque l’on choisit une combinaison de ces trois éléments pour une course, on va avoir à concilier l’accès à des bonus (dépend de la course) mais surtout le cumul de ces points qui donne les points au départ de la course. Pour avoir les 5 étoiles maxi par course (ce qui débloque les suivantes), il faut avoir le plus de points possibles. On a aussi plus de points en faisant des actions dans le jeu comme des turbo, des sauts, des envols, des pièces, des carapaces de tortues….et les 3 premières places. Mais il est possible de finir 4ème ou 5ème et avoir plus de points que si on est premier car on aura axé sa course sur ces bonus. Il y a même des personnages plus aptes à faire ces figures imposées. Donc pour progresser, il vaut mieux se concentrer sur les meilleurs personnages, avec des compétences passe-partout (bref, Bowser, on évite…car trop lent à démarrer. On préférera Mario, par exemple).

Les Unités disponibles

L’autre problème est d’avoir un large choix de personnages, karts ou ailes pour s’adapter à toutes les situations et pistes. Pour les acquérir, on peut soit acheter par des pièces récoltées dans le jeu (très long), soit passer par un « tirage » que l’on paye (pardon, on dit échanger…) par des rubis, rubis que l’on achète. Cette mécanique de l’achat on la trouve dans tous les jeux freemium et ça fait du cash. Là on peut faire aussi progresser le niveau des 3 éléments du jeu en les « cumulant » ou fusionnant. Donc plus on a de fric, plus on peut acheter les meilleurs personnages, karts ou ailes. J’ai déjà vu pas mal de « badges » dorés donc il y en a qui ont déjà sombré dans ce business model. En multijoueur, ça va vite tuer le jeu si il n’y a aucun garde fou.

La boutique…c’est cher
Oui…plus qu’un jeu console !

Mais parlons des pistes. Elles sont souvent issus des épisodes précédents, notamment 3DS et Gamecube et le graphisme est très réussi, du niveau de la Gamecube. J’aime celle du mario original (niveau 1), la version du circuit Yoshi de la 3DS, ou le monde des Dinosaures (Dino dino Jungle sur Game cube). Je suis moins fan des nouvelles pistes comme celle de New York qui reste sombre terne en dehors des décors et assez peu sélective en pilotage (astuce : on peut passer par les trottoirs). Le trailer enjolive avec les cinématiques mais j’espère avoir mieux avec les autres pays prévus. Le pilotage a été conçu pour être joué en vertical (les japonais préfèrent) avec un doigt (plus facile dans un métro bondé). Je déconseille le mode avec l’accéléromètre en inclinant le téléphone car il y a un problème d’initialisation, de sensibilité et de précision, surtout sur un petit téléphone. Etant contre le snaking, je joue sans le mode « dérapage manuel » et c’est relativement précis en slidant sur l’écran. Car avec un doigt, l’accélérateur est tout le temps à fond et on ne contrôle que la direction. Pour le vol, on rajoute avant arrière pour monter ou descendre. Il faut parfois gérer par rapport à la vitesse qu’on aurait au sol. Je conseille d’utiliser les deux mains pourtant, pour mieux déclencher les bonus pendant que l’on slide en virage. Les courses sont rapides (2 tours), denses et on a quelques sensations sur quelques unes des combinaisons kart/pilote. Mais il y en a qui ne servent à rien.

Je vous laisse mon code ami, pour ceux qui veulent goûter à mes carapaces rouges ou vertes : 1792 6573 2616. Est-ce que j’y jouerai encore longtemps ? Je ne peux répondre aujourd’hui. Tout ce que je vois c’est qu’au bout de 3 jours je me retrouvais bloqué dans la saison New York à attendre le déblocage d’autres épreuves, avec quasiment toutes les courses en 5 étoiles. Je vois que je n’ai qu’accès qu’aux modes 50cc, 100cc et 150cc….on ne fait vite que le 150cc les autres n’ayant pas d »intérêt en terme de points. Il y a du 200 cc en payant (offre d’essai de 2semaines) et je trouve cela inadmissible. J’espère que Nintendo trouvera un juste équilibre pour que l’on paye non pas pour gagner mais pour débloquer des bonus, goodies, l’essentiel étant dans les compétences du joueur. C’est un peu ce qui m’avait fait quitter Real Racing aussi….Je crains que la mévente des consoles Nintendo à l’avenir ne pousse hélas ce jeu et d’autres dans le mauvais sens.

4 réflexions au sujet de “Test mobile : Une semaine avec #MarioKartTour”

    • J’avais un ami qui avait bricolé son propre kart cross justement pour le plein air. Par contre il ne prenait pas de champignons pour aller plus vite…

  1. En Belgique, nous n’y avons pas droit 🙁 le système de microtransactions permettant de débloquer des avantages est interdit en Belgique. La législation belge considère qu’il s’agit d’un jeu de hasard. Et Nintendo ne compte pas s’adapter à notre pays. Frustrant… (extrait – sans l’émoticone- d’un article de la dh)

    • Je sais, c’est le même problème avec final fantasy brave exvius. Mais ils ont raison d’interdire ça car on a des gens qui mettent des fortunes dans ces systèmes.

Les commentaires sont fermés.