Souvenir de Gamer : Strider (1989)

Dans la longue lignée des jeux d’action-plateforme de Capcom, Strider m’avait marqué à l’époque de sa sortie. Une fois encore, c’est sur Amstrad CPC que j’avais tâté du sabre de ce héros.

Je n’ai aucune idée du scénario qui a pu amener une sorte de samurai des temps moderne à parcourir le monde et lutter contre des monstres, robots ou extra-terrestres. Et puis pourquoi portait-il une armure dorée sur la couverture du jeu alors qu’il n’en a pas dedans ? C’est lourd l’or, non ? Oui, évidemment, on ne joue pas à ça pour l’histoire mais pour un système de jeu, une qualité de level-design. Ici la particularité du jeu c’était que le héros pouvait s’accrocher aux éléments de décor et ça change vraiment tout.

N’ayant plus de joystick aujourd’hui sur mon PC, j’ai laissé tomber l’idée d’y rejouer sur la version CPC émulée. Surtout que l’adaptation était pauvre (ah, US Gold et le 8 bits…), le sccrolling ramait et il était donc difficile de prévoir ce qui allait arriver. On remarque aussi que comme R-Type, on a un élément qui tourne autour du héros et l’accompagne. Il paraît que c’est un animal robotique… Bon, passons sur la réalisation foireuse de cette adaptation. Elle avait au moins l’avantage de rendre le jeu difficile. L’animation du héros dans les sauts était bien pourrie. Je vais donc plutôt passer à des versions arcades ou 16 bits.

On voit tout de suite la différence et la raie blanche du sabre, c’était vraiment classe. J’y ai joué aussi ensuite sur arcade en émulation et ça changeait tout. Même si on ressentait une certaine lourdeur dans les sauts, les ennemis n’arrêtaient pas d’arriver. Ca vient derrière, devant, au dessus et le secret est toujours d’apprendre par coeur le niveau petit à petit. C’est un héros poseur dans l’âme et les niveaux étaient à la fois complexes et impressionnants. Autant dire que je n’ai jamais fini le jeu, surtout sur Amstrad mais que je m’y suis acharné quelques mois. Car si les animations sont ridicules sur la 8 bits, je m’amusais quand même bien. On a du mal à croire que c’était un des meilleurs portages sur ST/Amiga à l’époque, ces machines ayant montré bien plus ensuite.

Alors il y a eu ensuite un opus II que je n’ai pas joué. Encore moins pour une version 3D de 2014 à mettre aux oubliettes de Capcom. Par contre, j’ai essayé la version Megadrive en émulation, juste pour voir. Il faut effectivement reconnaître qu’elle est fabuleusement belle, fidèle et que ça reste jouable aujourd’hui, surtout avec la manette qui va bien. Le jeu manque parfois de précision et on bourrine pas mal avec le sabre. Accessoirement, le jeu a été aussi mis sur quelques compilations capcom donc il y a d’autres moyens d’y jouer aujourd’hui. Ce n’était peut-être pas le plus original mais pour l’époque, il a marqué quelques points par le mélange des genres et sa spécificité d’accroche au décor, vue et revue par la suite.

L’intro à Moscou en émulation android sur mon téléphone de compet…à 130 euros

Sorti en 1989 par Capcom sur Arcade : CP System Ordinateur(s) : ZX Spectrum, Commodore 64, Atari ST, Sharp X68000, Amiga, Amstrad CPC, PC : MS-DOS