Réflexion : Surconsommation

Après ces fêtes, j’ai franchement envie d’arrêter ce gâchis ambiant qui contraste curieusement avec la pétition « L’affaire du siècle ». Et pourtant, j’ai été raisonnable…

Tout a commencé pourtant par des pannes. Il y a le smartphone de madame, le Moto E de 2015, qui voit son haut parleur baisser d’intensité soudainement. Cela arrive après une écoute prolongée de musique donc il y a surchauffe d’un composant de ce circuit. Tout redevient normal au bout de quelques minutes. Il faut dire que les smartphones sont des nids-à-emmerdes pour la gestion de la chaleur puisqu’ils doivent dissiper la chaleur sans bruler l’utilisateur et rester à peu près étanche à ce qu’il y a à l’extérieur. Les constructeurs brident donc les processeurs quand ils sont trop utilisés ce qui fait baisser les performances dans les jeux… mais pas les benchmarks. Une triche digne d’un constructeur automobile. Pas de solution donc pour ce machin d’il y a 3 ans, payé alors moins de 100 euros, en promo. Obsolescence programmée déjà au bout d’un an et demi par la mise à jour de ROM pourrie du constructeur. Et je ne peux m’empêcher de penser aux pays producteurs de matières premières (voir carte plus bas)

J’utilise aussi des guirlandes solaires à l’extérieur pour Noël. Forcément, c’est du made in China car ce ne sont que des capteurs solaires, des leds, quelques fils, un circuit basique pour le clignotement et un accu. La plus vieille d’entre elle a 5 ans et ne s’allumait plus. Un coup de tournevis, 4 vis, 2 accus à contrôler au multimètre (attention, ne pas utiliser pour contrôler les prises, il y a des VAT pour ça) et je localise le problème : Deux accus 600mAh qui ont fait leur temps et que je vais remplacer par des accus neufs (et de meilleure qualité). La guirlande est repartie, même si il y a un bout qui ne s’allume pas. Je réparerai ça avec de la gaine thermo-rétractable, ultérieurement et une petite soudure. Beaucoup des guirlandes vendues sont mal faites, avec des capteurs trop petits, trop fragiles, des accus mal dimensionnés et on ne peut le savoir qu’après. L’ensoleillement faible et le froid n’aident pas non plus. A moins de 20 euros, il ne faut pas rêver mais c’est tout de même mieux que d’user de l’électricité nucléaire ou carbonée pour ça.

de 80 à 1600 euros pour ça ?

Il est de plus en plus difficile de trouver les matériels les plus durables. Le but des constructeurs n’est plus de fournir des matériels fiables mais des matériels qui durent raisonnablement… Un raisonnable qui tend à diminuer graduellement parce que le vrai but, c’est de faire racheter. Ma voiture va sur ses 15 ans mais je connais des moteurs récents qui ne dureront que de 5 à 7 ans, parce que l’on a sous-dimensionné certains aspects et que la technologie est aussi plus fragile pour la « dé-pollution ». Je peste régulièrement sur la qualité des interrupteurs électriques avec d’un côté ceux qui ont plus de 25 ans chez moi et d’autres, de marque, qui durent parfois moins de 5 ans à cause de pattes plastiques fragiles et de ressorts trop lâches. Je vous avoue mon inquiétude maintenant sur les futurs véhicules électriques…

source : https://afrique.actudaily.com

Pourtant, il y aura moins de pièces que pour des véhicules thermiques mais derrière ça, il y a des choix de composants, des vitesses de rotation élevées, des échauffements importants, des câbles sollicités, des refroidissement à bien dimensionner et surtout des personnels à former. Pour avoir donné dans la thermographie d’armoire électrique, je sais qu’il faut peu de choses pour user prématurément des connections électriques. Un mauvais serrage et c’est un risque de détérioration. Je vous passe aussi les risques de mauvaise compatibilité électro-magnétique quand je vois déjà les problèmes avec de simples capteurs dans cet environnement. Et puis, il y aura aussi des mises à jour de Soft dans les véhicules. Récemment, Seboss666 parlait de son problème de perte de clés de voiture. Je me suis renseigné sur son problème et mes collègues spécialistes n’ont jamais eu de « brickage » de l’anti-démarrage sur des modèles de cet âge. Mais d’un autre côté, j’ai vu des problèmes sur des développement d’organes électriques de véhicules avec des sous-traitants où il fallait communiquer avec un outil spécifique, remettre à zéro le firmware, etc… Le problème de base venait souvent d’un matériel non adapté ou d’un personnel mal formé qui chargeait un soft buggé, récupéré je ne sais où, passant outre le checksum d’usage. Ce n’est pas toujours facile d’identifier le hardware pour savoir si le soft va avec, cela dit avec des évolutions en vie série aussi.

Nature morte à la tourte, Pieter Claesz, 1627

Et en parlant d’électricité, cela fait plus d’un an que j’ai un compteur Linky. La construction extérieur du machin fait un peu peur mais il fonctionne bien. C’est juste qu’il est beaucoup plus sensible à la surcharge et disjoncte plus facilement si on titille la limite (Il y avait une vidéo Youtube de Deus Ex Silicium, en cours de refonte, pour l’explication qui pourrait tenir à la conversion de la puissance en kVA et kWh avec le déphasage Phi, mais il faudrait aussi parler de la classe des matériels, plus précis qu’auparavant … Domi l’explique sur le forum de Cyrille ). Certains craqueront et prendront un contrat plus onéreux. J’ai appris à faire avec et à ne pas cumuler certains usages, comme deux fours et une machine à laver (plus le reste…). Il en ressort que sans avoir changé de matériel, cela m’a poussé à réfléchir un peu plus à mon utilisation, par exemple sur les lessives qui restent chez moi ce qui consomme le plus. Sur le site d’EDF on a une synthèse avec une estimation bien foireuse des sources de consommation mais au final j’ai baissé aussi ma consommation sans trop d’efforts. En un an, je suis repassé sous la moyenne d’utilisation de contrats similaires au mien. Sur le site d’ENEDIS (ex ERDF ou EDF Réseau), on a la possibilité d’avoir une courbe de charge sur des fréquences d’une demi-heure (en contrepartie on accepte de leur donner des infos ?? qu’ils ont déjà en se baissant puisque de toute façon, l’engin fournit une pile d’info quotidiennement. Au passage évitez les applications Android, déplorables de réactivité, piochants des permissions inutiles. Le site web suffit). Si vous notez ce que vous faites sur cette durée, ça vous aidera très vite à comprendre les équipements qui sont les plus énergivores. Pour moi, c’est donc une machine à laver en classe A, un vieux four à chaleur tournante mais attention à bien comprendre les classes et l’arnaque des constructeurs. Sachant que le four ne créera pas de déphasage, mais les lampes à LED et la machine à laver, probablement.

Ma machine fait un cycle de lavage en 1H30. Une machine neuve aujourd’hui le fait plus souvent en près de 3H, soit deux fois plus. Il y a bien parfois des cycles très courts mais pas toujours très efficaces en lavage et poussant à une surconsommation rapide pour atteindre la température. Les durées de programme sont à voir dans les notices. Je vais donc regarder la signification de la signalétique des classes. On parle de consommation énergétique annuelle en kWh, donc pour un certain nombre de lavages mais sans préciser sur quel cycle. J’ai pris un modèle Samsung au hasard, fabriqué en Pologne, plus de 600 euros, etc… Et ça donne un joli tableau en fin de manuel :

Comme vous pouvez le voir, on a un cycle à 0,23KWh qui dure 79 minutes mais qui consomme beaucoup d’eau et surtout qui est à 20°c ! Je veux bien qu’on me montre comment laver correctement un torchon en coton à 20°C, même avec les dernières technologies mais il sera plus vraisemblablement lavé à 40 ou 60°c. Par contre j’ai du synthétique qui ne passe pas 30°C.. et on voit qu’on a 3 fois plus de consommation sur le synthétique, par rapport à ce fameux cycle de référence à 20°c en coton et 20% par rapport à un cycle « normal ». Car une page avant, on a la précision « 

basée sur les
220 cycles de lavage standard pour les programmes Coton
standards à 60 °C et à 40 °C en charge pleine et en demicharge,
et sur la consommation des modes de mise sous et
hors tension. La consommation d’énergie réelle dépendra de
la façon dont l’appareil est utilisé.

Voilà déjà qui est plus clair et si je fais 220×0,57 j’obtiens bien 125,4kWh soit à peu près ce qui est annoncé sur la notice et la fiche signalétique. Sans préciser que ce cycle durera plus de 2h. On nous vend quand même cette machine avec des cycles ultra-courts possibles à 15 minutes et il n’y a aucune mesure faite sur ces programmes. Évidemment, c’est valable pour tous les constructeurs et il faut avouer qu’il y a eu des progrès dans ces précisions depuis quelques années, beaucoup moins sur la fiabilité de machines bardées de boutons fragiles, d’écrans inutiles. Je n’avais aucune information sur ma machine actuelle à l’achat, à part la classe…et le fait d’avoir des pièces en France. Alors à l’achat, je vous conseille de télécharger ou consulter la notice pour vraiment être sûr. Je ne changerai pas pour autant prématurément une machine qui consomme un peu plus (gain de 30% !?) car financièrement je ne m’y retrouverai pas et il faut compter le coût carbone de fabrication et recyclage.

Évidemment, tout pousse au changement, à la surconsommation de produits, toujours meilleurs selon le marketing, etc. J’ai eu le malheur d’aller faire des courses dans un Hyper à la période des fêtes. J’ai failli vomir de voir ces monceaux de chapons, dindes, foies gras, saumons fumés d’élevage qui s’entassaient à l’entrée avec des promos qui cachaient les vraies conditions d’élevage pour atteindre des prix plancher. Un peu comme les modes éphémères en prêt à porter qui masquent l’esclavage de la fabrication pour des chaînes qui standardisent nos centres-ville. Ils attendent les soldes pour vendre de l’éphémère, des modes, de la mauvais qualité… On en arrive à un point où les produits retournés sont maintenant détruits plutôt que remis en vente car ça coûte trop cher en re-conditionnement (Amazon notamment, source France 2). Et lorsque je suis sorti pour aller voir la famille à Noël, je voyais toutes ces enseignes allumées au dessus de magasin… fermés ! Outre la pollution lumineuse, à qui cela sert-il ? Pour ma part, ça me sert surtout à savoir dans quelle enseigne je n’irai plus dans ces quartiers.

En vieillissant, j’ai de plus en plus de mal à supporter cette quête de la croissance par la surconsommation. La vraie croissance, je la vois dans notre capacité à récupérer et transformer nos biens de consommation usagés, à être plus intelligent. Je n’ai plus envie de posséder des livres, des DVD car cela s’entasse, prend la poussière. Autant pour des disques, je peux le concevoir encore car je les utilise régulièrement. Mais pour un livre, il y en a très peu que je lirais plus d’une fois ou deux. Idem pour les films, surtout avec les possibilités de replay et les multiples chaines. Et en occasion, c’est vendable en brocante, pas par correspondance où les frais de port sont plus élevés que le produit. Ma bibliothèque municipale est une amie fidèle et me fournit bien assez. Les classiques sont souvent disponibles libres de droit en Epub. Pour moi qui voyage déjà léger en mode routard, tout cela me convient parfaitement.

A quelques kilomètres de chez moi…et d’une déchèterie

Je pense qu’après avoir consommé trop dans ma vingtaine, avoir ralenti dans ma trentaine, la quarantaine est l’age de raison où chaque déménagement nous ramène à la dure réalité et nous fait choisir le strict minimum. Il aurait fallu que je réagisse bien plus tôt, même si je ne regrette pas forcément d’avoir eu toutes les consoles des années 2000 avec leurs jeux phares. C’était futile par rapport à d’autres choses et on peut s’interroger aussi maintenant sur cette civilisation du loisir qui ne concerne finalement qu’une faible minorité de la population. J’ai connu une époque où les sports d’hiver touchaient un peu plus que les classes aisées : Les prix aujourd’hui sont si élevées que la classe moyenne se voit chassée des stations au profit des touristes étrangers. Idem pour les grands magasins de Paris d’ailleurs où j’ai vu les vitrines destinées aux tous petits se transformer en vitrines de luxe et de designers. Autour de moi, beaucoup de gens de mon âge ont abandonné les cadeaux futiles pour des choses utiles et vraiment souhaitées.

Après ce constat amer, juste avant les soldes, vous imaginez mes bonnes résolutions. Un grand feu à la St jean ? Beaucoup de petites annonces ? des allers-retours à la déchèterie ? Des dons à des associations ? Un peu de tout ça en fait mais surtout une détestation de plus en plus marquée de ce monde de la sur-consommation auquel d’ailleurs j’aurai de moins en moins accès… Car le pouvoir d’achat n’est entretenu que par une apparition de bas prix importés et peu durables, donc un renforcement de cette folie destructrice. Vivement l’année du cochon...

https://www.youtube.com/watch?v=-0kcet4aPpQ

20 réflexions au sujet de “Réflexion : Surconsommation”

  1. Entièrement d’accord avec ce constat et j’en attrape également le tournis.
    « Jusq’où s’arrêteront-ils ? » comme disait Coluche.

  2. Tu sais actuellement je fais du bois avec copain dans un bois domanial, avant hier les bûcherons étaient là pour abattre les chênes pour un marchand de bois, le copain a demandé s’il pouvait faire un ou deux houppiers et il a eu l’autorisation de le faire (souvent il suffit de demander), mais en allant sur le chantier hier on a remarqué qu’il y avait du bois en quantité qui ne demandait qu’a être ramassé, mais personne ne le fait parce qu’il faut se baisser et qu’appuyer sur le bouton du chauffage c’est quand même plus facile.
    Alors oui, il y a surconsommation et je pense que le bonhomme sur ses deux pattes devrait se remettre en question avant d’appuyer sur le bouton ou avant d’acheter des trucs inutiles ou qui lui serviront deux fois, est-ce qu’on a besoin pour « vivre » de manger un truc produit à plusieurs milliers de kilomètres, est-ce qu’on a besoin d’un smartphone au prix d’un smic pour téléphoner?
    Cela existe encore les décharges à ciel ouvert dans ta région ?
    A pluche.

  3. Je suis d’accord sur pas mal de points, même si je ne pense pas que ce sera M. Tout-le-Monde qui va calculer le coût énergétique potentiel de sa prochaine machine à laver en fonction du degré et du type de cycle.. Mais il est bon quand de se pencher sur ce cas là lorsqu’on cherche avant tout à faire des économies d’énergie. Au passage laver à 20 ou 30°C ne permet pas de détruire les bactéries , il faut doubler la température pour une lessive efficace.
    Tu te rends compte finalement que plus de technologie ne signifie pas moins de problèmes, bien au contraire puisque le moindre maillon faible dans la chaîne entraine une usure prématurée de l’ensemble de la chaîne. C’est pour ça que contrairement à mes parents par exemple qui veulent faire le tri sélectif ici en immeuble collectif c’est une perte de temps puisque 90% des gens ne respectent pas le dixième des principes élémentaires. Tu fais de l’écologie pour toi chez toi, là je pense que la contribution est pertinente.
    Enfin pour la consommation alimentaire c’est la première année que je n’ai touché qu’à deux tranches de saumon de toutes les fêtes, je partage l’idée que le gavage des oies est bien connu de tous et que le fait que ce soit les fêtes me semble une bonne excuse des gens qui dénoncent cette pratique tout le reste de l’année. L’être humain est paradoxal c’est pas nouveau non plus je te dirais.

  4. Mouais…. dans la quarantaine également, j’ai un peu la même approche car tout s’accumule à la maison, tout prend trop de place, peu servent réellement, gaspillage, surconsommation, …. m’ais n’empêche. Tu mets de côté la musique et tes CD, certes mais comme tes DVD, il doit certainement exister dans discothèque une grande majorité de CD que tu n’écoutes plus, car tu n’as pas accroché. Combien d’albums avons nous tous achetés, écoutés une première fois puis rangés sans jamais les sortir?…. Pour ce qui est des DVD, j’ai essentiellement des dessins animés, enfants obligent et ils sont régulièrement regardé. Alors oui, du coup els enfants passent certainement trop de temps devant la télé.
    Je suis dans une phase où se pose la question d’acheter des étagères supplémentaires pour caser les DVD, les CD, les livres (là oui, une fois lus par tout le monde, qu’en faire? Une liseuse? Bof, et les BDs?…) alors pourquoi ne pas tout passer au numérique? Les technologies c’est bien mais il reste plus simple de mettre un DVD ou un CD, de plus il est facile de s’équiper pour moins cher avec tout ce qui traîne d’occasion et pour la maintenance c’est easy, bien plus que pour le numérique.
    Mon avis est qu’on a grandi avec le support physique et s’en passer n’est pas si facile que ça. Il en sera différent de mes enfants mais personnellement, même si oui tout s’accumule, passer au démat ne se fait pas en un claquement de doigt. Pis pour les films, sans télé connecté, difficile de se passer de DVD (sauf à pirater).

    • J’ai effectivement revendu ou donné des CD, et j’ai numérisé tout le reste petit à petit donc finalement, j’ai de l’inutile.
      Dans une logique non connectée (rare) on peut le voir autrement, évidemment.

  5. Bah à la campagne où les débits sont pas terribles, on utilise encore la TNT pour la télé et les supports physiques. Tout passer en démat, c’est du boulot, de l’éducation, …

  6. Juste dire que je trouve que le passage au dématérialisé pourrait être une gigantesque arnaque… Tout sera sur le Cloud, nous ne pourrons plus rien prêter ni revendre… Ni écouter sans connexion… Et je pense aussi à d’autres problèmes du même genre…

  7. « Une machine neuve aujourd’hui le fait plus souvent en près de 3H » C’est vrai ça, comment c’est possible ??? J’ai une machine de plus de 10 ans qui tourne en 1h30, j’ai pas du tout envie de doubler le temps de lavage quand je devrai la remplacer.

Les commentaires sont fermés.