BD : Alix 1 – Alix l’intrépide de Jacques Martin (1956)

J’ai dû lire une bonne grosse dizaine de tomes de cette vieille série. D’une part parce qu’un de mes amis en avait beaucoup et parce que ma bibliothèque municipale aussi. Mais étrangement, je n’avais jamais lu le premier numéro.

Ce numéro a, d’après ce que dit wikipedia, une histoire particulière. Il est construit sur la « démo » qu’a faite Jacques Martin en 1948 au Journal de Tintin puis a été gonflé par l’auteur pour lancer son héros. Effectivement, il y a une grosse partie où l’auteur installe l’époque (La Rome Antique et la Grèce) et son héros. On le sait esclave, d’origine gauloise, on le sait courageux mais pour l’instant rien de plus. Ah si, il est très chanceux car il survit à un massacre, à des chutes incroyables, à des rencontres terriblement dangereuses. Le héros, quoi !

Pourtant, il n’est pas aidé par la nature ce Alix : Un adolescent blondinet pas très grand ni costaud mais assez sportif. Mais il est intelligent, a de la compassion pour ses ennemis comme pour ses amis. Il en faudra pour cette terrible lutte de pouvoir entre le général Marsalla et César, le tout sur fond de guerres autour de la Méditerranée. Alix en apprend un peu plus sur ses origines au cours de cette aventure mais on sent effectivement la rupture dans l’histoire entre l’introduction et la fin. Il y a peu de bulles et beaucoup d’explications et de descriptions. C’est assez typique de la Bande Dessinée des années 40-50. Cela la fait paraître démodée, d’autant que le dessin est très classique mais aussi très détaillé.

Pourtant malgré toutes ces lacunes et défauts, l’histoire fonctionne bien. La force des Alix a toujours été dans les scénarios et le fond historique qui nous fait croire à ces histoires. Même si je ne conseillerai peut-être pas de commencer par ce numéro, rétrospectivement, il me paraît indispensable à lire pour un fan. Après, j’étais assez versé dans l’histoire de l’antiquité à l’époque et cette série répondait à ma curiosité. Originale à l’époque, elle l’est moins aujourd’hui avec de nombreuses autres séries dans cet univers. Mais Jacques Martin a été un précurseur et depuis son décès en 2009, Alix poursuit ses aventures. Qui sait si j’oserai peut-être en lire un album récent pour voir…

8 réflexions au sujet de “BD : Alix 1 – Alix l’intrépide de Jacques Martin (1956)”

  1. De Jacques Martin, j’aime beaucoup Jhen aussi et, par « glissement », Vasco (Chaillet) qui est un peu frère.
    Par contre, concernant JPJacobs, de la même génération, je n’ai jamais trop accroché à Blake et Mortimer. Trop lisse pour moi.

    • je suis donc totalement passé à côté de Jhen….et par contre j’ai eu une période Blake et Mortimer avec plus l’environnement et les intrigues que les héros à retenir. Même si j’aime le côté très british de l’humour. Par contre j’ai du mal avec les suites qui ont été faites.

  2. J’aime beaucoup Alix. De même, les Blake et Mortimer, les Spirou et Fantasio, Théodore Poussin (que j’ai redécouvert récemment), Johan et Pirlouit… Bref, dès qu’il y a de l’aventure, des épopées 🙂

  3. Je n’ai jamais accroché à Alix ni à Blake et Mortimer, sûrement dû au mode narratif employé.
    J’ai du rater un truc.
    J’aime les phylactères et les onomatopées.
    Quoiqu’ Hugo Pratt a su employer les deux, à la fois narratif et visuel.

  4. Qui ne connait pas Johan et Pirlouit? Il y a même un très bon dessin animé avec les schtroumphs, la flûte à 6 schtrouphms.

Les commentaires sont fermés.