Souvenir de gamer : Hard Drivin (1988)

Connu aussi sous le nom de Race Drivin (sa suite de 1989), ce jeu d’Atari m’a longtemps fasciné….avant que j’y joue !

Ce fut l’un des premiers jeux de simulation automobile en « 3D » polygonée, se voulant hyper-réaliste pour l’époque. Comme tant d’autres, on était dans un cockpit avec une vraie boite de vitesse. Il existe heureusement la possibilité d’utiliser la boite automatique. Mais le joueur pouvait aussi choisir entre deux types de circuit : Vitesse ou Cascade avec le fameux looping ou le pont levant. Tout le secret est d’arriver à la bonne vitesse avec la bonne trajectoire, tout en évitant les voitures venant en face ou sur notre route.

A jouer aujourd’hui, il faut bien avouer que c’est absolument infâme. La 3D est poussive avec des voitures qui ressemblent à des cubes. La précision de conduite est indigne et il n’y a aucun moteur physique, évidemment. On est dans une vague évolution du Pole Position avec un décor en fausse 3D polygonée. Le seul fun vient des phases de cascade, que ça soit le saut sur le pont ou le passage du looping. Déjà dans l’adaptation Amstrad CPC que j’avais eue, c’était très dur de jouer, tellement ça ramait. J’y ai joué aussi en arcade mais ce n’était qu’à peine mieux avec des graphismes un peu plus colorés que le noir et blanc. On voit dans la vidéo ci dessous que le joueur a du mal avec cette physique de véhicule très basique. En parlant de noir et blanc, c’est ce qu’il y a eu sur la version Gameboy de Race Drivin. Il faut vraiment du courage pour reprendre ce jeu aujourd’hui.

https://www.youtube.com/watch?v=g6JC-HCNcio

Pourtant, c’est un pionnier qui a donné des jeux comme Virtua Racing chez Sega ensuite et tous les jeux de course en 3D polygonée que l’on rencontre aujourd’hui. Rien que pour ça, je devais rendre un petit hommage.

https://www.youtube.com/watch?v=NIsbZyTdPx8