Blog : Une Liberté mesurée

J’avais commencé à écrire cet article avant de connaître les sujets du bac philo, ce truc inutile tant il est mal enseigné. Dans ce monde où nos libertés régressent pendant que d’autres se battent pour en avoir juste un peu (au Mexique ou simplement sur nos côtes et à côté de chez nous si on sait regarder), je me suis intéressé à autre chose que mon petit espion personnel de poche…

Au cas où vous n’auriez pas remarqué, c’est la coupe du monde de foot, un truc de plus en plus verrouillé par les sponsors officiels et où l’arbitre pourra bientôt être automatisé. En dehors de voir des comédiens intouchables se rouler par terre, on doit donc supporter des publicités débiles avec des têtes d’affiches au Q.I. de brique (parce que les moules ne m’ont rien fait…), des trucs qui te disent de t’endetter pour supporter une équipe en achetant une … télé ! Oui, t’as pas de pognon, comme dit le président, mais déjà que tu en dépenseras un max pour te soigner parce qu’on ne t’aidera pas si t’as pas de mutuelle (qui augmentera de toute façon ses tarifs), tu peux bien en filer un peu pour te distraire de ta situation misérable, non? Je lisais une trilogie en BD qui s’appelle Egovox, une sorte de dystopie franco-belge où les machines asservissent les hommes qui ne pensent plus qu’à leur petite personne. Si je ne suis pas fan du dessin ou de l’intrigue, j’ai trouvé le pitch intéressant. Il faut imaginer un monde post-apocalyptique où peu à peu on se repose tellement sur des assistances que ces assistants prennent le pouvoir. Les humains ont leur distraction, leur bulle de confort et finalement tout le monde est content…Sauf qu’en dehors de cette bulle, de son petit monde à soi, ce n’est pas aussi rose. Des bulles, j’en connais qui en créent aujourd’hui ou qui vont en tuer (Google se lance sur les podcasts). Avec la sortie des Google Home, Amazon Echo et autres, on en vient à nourrir la bête, celle que je ne verrai pas nous asservir, si j’en crois quelques prophéties…Le transhumanisme a trouvé son nouveau cheval de bataille : Améliorer l’humain ou éviter de le rendre plus stupide, il y a peut-être débat mais gardons le choix.

En attendant, je me suis laissé aller à du divertissement, à revenir il y a 20 ans, à mes 20 ans, en regardant les 24h du Mans. Ok, c’est chiant de voir tourner des voitures pendant 24h, je l’avoue, mais c’est encore une des rares épreuves automobiles où il y a des choses intéressantes dans la technologie. On a eu les courses à l’indice de performance surtout dans les années 50. Là c’est encore une hybride qui a gagné et Toyota (enfin!!!!) annonçait que sa voiture avait une consommation de 30% inférieure à celle d’il y a 6 ans. On annonce de la voiture à hydrogène, de l’électrique sauf que ça manque de constructeurs en ce moment. Les années passées, on avait vu des bizarreries rouler, de la deltawing jusqu’au biogaz. Par contre, niveau liberté de suivre l’épreuve, s’il n’y avait pas eu France 3 pour diffuser le direct, c’était catastrophique : Site officiel moisi, application officielle qui saute sans arrêt pour l’accès au serveur, comptes payant pour accéder à un minimum d’information et infrastructure qui a maintenant du mal à accueillir 260 000 spectateurs de manière efficace en terme de logistique. Quasiment 30% de personne en plus en 20 ans, ça compte.

La liberté du divertissement est aujourd’hui muselée par les intérêts économiques. Suivre les petites équipes de la coupe du monde est quasi impossible sans la connaissance technique. Pas mieux pour Roland-Garros hors des français. Et on préfère partager des conneries sur Instagram plutôt que de l’information pertinente, même sur Facebook. Dans ce monde d’image, je préfère encore rester sur Flickr, qui n’est pas plus libre que ne l’était Github pour le code, mais donne la possibilité de faire du Creative Commons, et reste fréquenté par des passionnés d’autre chose que leur gueule. J’ai eu la joie d’avoir encore une photo en « Explore » (ma 7ème tous comptes confoudus), c’est à dire une sorte de Une du jour. Ca fait toujours plaisir à … l’égo, surtout après tant d’années où je laissais mon compte en sommeil. Le repreneur de cet outil a quand même du boulot pour corriger les bugs laissés à l’abandon par Yahoo. Cela inquiète pas mal d’utilisateurs, sur les forums… Nous verrons bien. De toute façon, ce n’est qu’une distraction, un apprentissage continuel aussi.

Un indice sur ce que je fais…

Mais mon ego est bien plus satisfait quand j’ai trouvé une solution technique dans mon boulot, avec un vrai travail d’équipe autour. J’ai pratiquement validé le fonctionnement d’un matériel conçu avec de la récupération et un investissement ridicule par rapport au gain. Maîtrise de A à Z du contenu, réparabilité, prise en compte de toutes les utilisations et des utilisateurs à venir… C’est ça aussi la liberté. Sauf qu’il reste un souci : Lorsqu’il s’agit d’automatiser ces matériels de mesure, le monde du libre et la liberté ne sont plus là. On peut relier encore les matériels avec du port série que ce soit en RS232 ou RS485. Sauf qu’un PC avec du port série, ça n’existe quasiment plus et que les adaptateurs USB/Série posent des problèmes dans le transfert de flux de données (par exemple la programmation d’un générateur arbitraire). Sinon, on a le bon vieux IEE488/GPIB un format de câble et protocole spécifique au monde de la mesure, qui a plus de 40 ans. Il faut compter plus de 600 Euros pour un adaptateur USB mais ça marche plutôt bien pour chainer des matériels avec un adressage par switchs. Enfin, on peut utiliser de l’ethernet sur les matériels récents, avec tous les problèmes d’adressage réseau, la cohabitation avec son réseau local…Ca c’est pour le physique mais pour les protocoles de communication et la programmation, ça se gâte.

Dire que labview a commencé sur Mac!

Car je pourrais ne penser qu’à moi, faire mon petit programme sur Scilab (équivalent libre de Mathlab) avec des pilotes en bêta pour gérer le port série ou le GPIB. Malheureusement, je dois fournir du clé en main à des collègues qui n’y entendent pas grand chose en calcul, ordinateur et tout ça. Alors, après l’installation de pilotes VISA, pour chacun des matériels, on va pouvoir faire quelque chose. Et là, forcément, ça va limiter le développement à l’environnement Windows ! On a bien du National Instrument (créateur entre autre de Labview… voir ci dessous) sur Linux mais, de toute façon, mes utilisateurs ne sont pas intéressés. Il me reste donc deux environnements de programmation possibles pour gérer ça : Labview, un langage objet dont j’ai appris l’utilisation il y a 20 ans….et Visual Basic/Studio, Microsoft quoi. Si j’aime la logique de Labview et sa possibilité de créer des exécutables, développer nécessitera plusieurs licences et ma boîte n’a pas ça en magasin. C’est du coût supplémentaire sur le budget de fonctionnement du service, de l’administratif, etc. Alors que de l’environnement Microsoft, c’est facile, on en a déjà dans Excel. Là encore, la société américaine a utilisé sa puissance marketing pour fourguer tout son package, jusqu’à OneNote maintenant qui est quand même une horreur ergonomique comme l’était Powerpoint à ses débuts. On ne va pas leur en vouloir, on se tape bien Google Keep sur les smartphones maintenant. Il y a bien possibilité d’utiliser d’autres langages et compilateurs pour attaquer les pilotes mais il faut penser au suivi du projet, à la disparition du développeur du jour au lendemain. C’est typiquement un cas que je rencontre chez un de mes prestataires qui a son joli logiciel maison de métrologie à mettre à jour…. et n’a plus la main dessus.

Tout ça pour dire que le logiciel libre aura bien du mal à s’imposer souvent à cause du matériel, du manque de tête de pont pour d’autres logiciels qui s’imbriqueraient. Il manque un microcosme, une cohésion et ce n’est pas sur Android non plus qu’on le trouvera. La version X86 de l’OS reste très loin d’un bon OS Desktop, sans parler de la main mise de son créateur sur l’essentiel. Si Apple n’était pas aussi surcôté et fragile et irréparable aujourd’hui, on pourrait trouver refuge dans cette solution. Ce qui reste possible dans un environnement de développement, d’enseignement, est plus difficile à appliquer dans l’industrie où l’on travaille sur du temps long. Les décideurs se fichent bien souvent de la technique pour céder à d’autres sirènes. Le libre ne parvient pas à rassurer, continue à avoir une image de bricolage. Il faut bien avouer que les mauvais produits font bien le job pour consolider cette mauvaise image, malgré les réussites du domaine. Après, on sait faire beaucoup de chose en Arduino, Raspberry Pi en électronique et en acquisition ou génération de signaux. Mais il manque le sérieux métrologique de mon domaine de prédilection. Ce n’est pas encore avec tout ça que l’on va conquérir l’espace… ni même la liberté.

https://www.youtube.com/watch?v=5V7KPZtcOVQ

7 réflexions au sujet de “Blog : Une Liberté mesurée

  1. Tu sais j’ai quelques difficultés à faire fonctionner un multimètre multifonctions, alors n’imagines pas que je vais t’aider dans la construction d’un générateur arbitraire 😉
    C’est vrai qu’il a fallu faire un peu de bidouilles quand je me suis acheté un petite station météo qui pouvait communiquer, comme par exemple avec le port série.
    http://cableorganizer.fr/images/biblio/cables-to-go/usb-db9-cable/images/01_26886.jpg
    Depuis dans le monde de la météo les choses ont changés (avec l’évolution du matériel, …) mais ce monde là ne m’amuse pas.
    Alors, si j’ai bien compris à la lecture de ton article, tu serais pas loin d’avoir la moitié de 80 ans 😉
    A pluche.

  2. sans doute que l’écriture de nouveaux articles de géopolitique ne me pousse pas à l’optimisme. Mais tu as bien traduit mon propos sur la philosophie. Ce n’est pas un problème de prof, souvent mais un problème de contenu du programme qui préfère dire ce que l’on doit penser plutôt que d’expliquer le comment.
    Et perso, j’ai testé toutes les bières sans alcool du marché donc pour l’alcoolisation, y’a du boulot…. on peut rajouter du Picon.

  3. Sur l’indice de performance, il y avait « Victoire au Mans » de Bernard Clavel qui racontait la lutte entre Porches et Alpine dans cette catégorie, une bonne lecture pour le pré-ado que j’étais à l’époque.
    J’y suis allé quelques années plus tard, entre l’oral et l’écrit du BAC, un copain avait gagné des place à un concours radiophonique; c’était une belle fête foraine.

Les commentaires sont fermés.