Blog : Deux avis valent mieux qu’un…

… Cette maxime a dominé ma semaine et avec le temps, un peu ma vie aussi. Pourtant, il y a bien des cas où plus il y a d’avis, plus il y a d’indécision. Tiens, regardez si vous demandez à quelqu’un la meilleure distribution GNU/Linux.

Non, je ne vais pas parler de ça mais de petits (ou gros ) soucis de la vie quotidienne. Le gros, c’est par exemple un diagnostic médical et notamment vétérinaire. J’avais parlé de la petite chatte qui m’a servi de modèle, dans un commentaire. Elle a déjà eu bien des malheurs et à elle seule, elle pourrait illustrer le titre de ce billet de blog, ou bien la misère de la profession de vétérinaire. Car si on a déjà du mal à comprendre l’humain, imaginez avec une spécialité qui ne s’intéresse pas à une unique espèce mais au moins 3 ou 4. Vous comprendrez vite pourquoi maintenant je ne vais que chez des vétérinaires spécialisés en chats pour les chats de la maison. Parce que celui que j’ai vu la première fois pour elle, après sa capture sur un parking d’entrepôts, n’a strictement pas vu le défaut de vue et les graves problèmes qui en découlaient. Un peu plus tard, nous avons aussi eu notre vétérinaire spécialisée qui a prescrit un lourd traitement médicamenteux que nous avons refusé. Nous sommes allés voir un autre avis et il a fait des miracles… Mais il n’en fait pas pour tout. Idem avec un vétérinaire aux prescriptions un peu alchimiques (qu’il vend à prix d’or) qui l’a sauvé d’une grave crise de coryza. Depuis, elle semble immunisée. Mais malheureusement, nous craignions qu’elle perde un oeil et nous avons trouvé un des meilleurs spécialiste du domaine pour confirmer ou infirmer cela. Tout n’est pas encore sûr mais on découvre que l’ophtalmologie animale se perfectionne très vite, à l’image des humains mais que, évidemment, tous les ophtalmologues animaux ne savent pas tout faire. Le coût est évidemment très conséquent par rapport aux humains puisqu’il n’y a pas la sécurité sociale (et des mutuelles un peu bidons pour ces cas difficiles). Mais comment laisser tomber une vie sans se battre comme cette petite chatte courageuse ?

Comme rien ne va jamais tout seul, j’ai une deuxième chatte que j’ai du emmener aussi en urgence cette semaine. Un petit phénomène curieux (la langue restant pendante) et qui peut laisser penser plein de choses. Si on demande l’avis du NET, comme beaucoup font sur des forums, on lit tout et n’importe quoi. Donc deux avis, oui, mais pas celui là. J’ai pensé à des problèmes de dents, d’insecte, voir neuronal ou allergique. Mais c’est bien un problème de malformation dentaire qui a dégénéré. Quasiment pas manipulable et craintive, elle devrait être soignée la semaine prochaine et manger de la bouillie pour quelques temps.

Des avis, j’en ai lu lorsque j’ai étudié la question des Clouds. Je n’avais pas inclus Pcloud (ni même Backblaze ou iDrive) au premier abord car je me concentrais sur les plus connus en France et je les ai testé la semaine suivante. Service hébergé en Suisse, tarifs compétitifs, applications sur différents OS, ça paraissait très bien et pourtant les avis étaient très divers. Si j’avais demandé à mon collègue Damien, par exemple, qui utilise ça depuis 2 ans, j’aurais foncé. Alors j’ai testé et je suis tombé sur de petits soucis qui ont terni ma confiance (ouverture de compte partielle, SAV peu réactif ou pertinent). Dans ce domaine, la confiance est ce qu’il y a de plus important. J’ai confiance dans les services que je recommande mais je peux aussi me tromper car je n’ai pas rencontré de problèmes. Tiens, Flickr, depuis sa reprise par Smugmug a de gros soucis. Ils ont voulu migrer les serveurs et ça s’est soldé par la perte de photos, de groupes, et ils rament pour remettre tout ça d’aplomb depuis quelques semaines. Pour ma part, je n’ai eu qu’un souci momentané d’accès par l’application mobile. Il fallait s’y attendre mais la confiance reviendra. Par chance, je n’ai donc pas été touché et c’est là qu’il ne faut pas oublier la bonne vieille sauvegarde physique. Je viens de passer deux semaines à faire du ménage, des backups, etc…

Courtesy of www.dalipaintings.com (The Eye, 1945)

Les avis, certains en ont fait leur business, comme Trip Advisor… et des vendeurs d’avis. Il est parfois facile de détecter les avis bidons mais ça fausse forcément le truc. Les avis sur les sites marchands sont aussi à prendre avec des pincettes car ce qu’ils veulent, c’est vendre. Avec le temps, j’ai appris à faire un peu le tri dans tout ça. Mais lorsque l’on ne suit pas forcément les modes, on se retrouve à chercher les produits avec peu d’avis. Prenez par exemple une marque qui se lance en France. Elle doit se faire connaître et va arroser les « influenceurs », chercher à avoir du buzz mais aussi des avis sur les principaux sites. Le risque c’est aussi la triche dans les avis, surtout que pour des produits offerts, on est plus conciliant. C’est humain ! Je vois même des avis sur les médecins maintenant et donc aussi les vétérinaires (hop pirouette pour revenir au début). Mais l’autre côté de l’humain, c’est de mettre des avis lorsque l’on a quelque chose à gagner ou lorsque l’on a une mauvaise expérience. Sur la santé, c’est trop compliqué pour que cela soit pertinent. Au mieux, pourrait-on noter le contact humain mais là aussi ça dépend du caractère de chacun. J’ai une collègue qui n’a pas apprécié un médecin que je connais et que j’aurai plutôt bien jugé sur cet aspect. Deux avis valent mieux qu’un mais attention quand même aux goûts.

Et puis, il faut ménager les susceptibilités. Si mes vétérinaires sont suffisamment ouverts pour me pousser à aller voir des collègues à eux, j’ai vu que c’était plus difficile du côté des médecins pour humains. Accepter son erreur, c’est toujours compliquer pour une personne. Dans mon métier, j’accepte de me tromper parfois dans des choix mais il faut pourtant que je me botte les fesses pour m’en rappeler parfois. Et j’ai dû me botter les fesses lorsque j’ai dû chercher la source de coupures d’électricité intempestive. Je pensais d’abord à un matériel lourd et ancien, comme frigo, plaque de cuisson, ou machine à laver. Mais en les remettant en route un par un, j’ai vu que ce n’était pas ça. J’ai pensé aussi à mon vieux NAS (et sa vieille alimentation) qui va devoir subir un upgrade un de ces jours. Mais non, toujours pas. Et puis j’ai pensé tout simplement à un élément souvent en cause dans ces cas : La prise multiple. Pourtant plus récente et « de marque », elle semble fautive car depuis que je m’en passe, plus rien. Sauf que pour aller voir si un contact est en cause, c’est mission impossible sur ce modèle sans casser quelque chose.

Ah le monde de l’éphémère… Et pendant ce temps, un collègue avait un début d’incendie sur son tableau électrique et là, l’avis, c’est l’électricien d’urgence qui le donne. Tu ne peux pas vraiment faire autrement pour une réparation et la facture est salée. J’ai eu le cas aussi en plomberie, il y a longtemps où un réducteur de pression m’avait explosé à la tronche. Outre l’inondation, tu es content de te faire assassiner par le premier qui répond et qui est rarement la personne de confiance habituelle. A l’époque, je n’avais ni l’expérience, ni le matériel pour faire moi-même… Mais c’est là qu’on apprend aussi. Et dans le même genre, j’ai eu aussi le camion à caca cher à Cyrille, il y a quelques années et là aussi, je ferai autrement maintenant avec l’expérience. Alors avec tout ça, vous pouvez toujours me demander mon avis sur plein de choses, mais ça n’engage que moi, soit pas grand chose. Je ne dirai donc pas que je conseille Brave, quand je vois la procédure d’installation Debian (qui ne m’a pas donné grand chose) et les performances en demi teinte de ce navigateur alternatif, par exemple. Je reste sur mon duo Opera/Firefox. Et en parlant de duo en voici un…

https://www.youtube.com/watch?v=vBtzFOgKcv8

5 réflexions au sujet de “Blog : Deux avis valent mieux qu’un…

  1. Alors j’aurais bien besoin de tes conseils, j’ai un muret en parpaings qui donne sur la rue (1m de haut), que j’ai construit il y a plus de 25 ans, avant j’étais l’avant dernier habitant donc la rue n’était pas passante, depuis tout à bien changé, plusieurs lotissements se sont implantés et le balai des camions qui vont avec on fait travailler le sol, bilan de l’opération un fissure s’est produite, rien de bien méchant mais c’est moche, alors est-ce que je rebouche la fissure ou est ce que je refais le chaînage du dernier rang (plus énergivore en temps) ?
    Bon je te parle de mon mur parce que pour un animal c’est pas facile de prendre une décision (parfois bien triste).
    A pluche.

      • J’ai déjà fait le rebouchage qui a duré un certain temps, j’ai vu qu’on pouvait agrafer (comme pour les humains) ce qui me semble assez douloureux puisque je devrais utiliser la disqueuse.
        L’histoire du chaînage me plaît bien mais il faut retirer les chapeaux de terre cuite et il y a risque de casse (j’en ai plus d’avance).
        A pluche.

Laisser un commentaire