BD : The Manhattan Projects de Jonathan Hickman et Nick Pitarra (2012)

Depuis le début de l’année, cette série de Comics signée Image Comics a une traduction française. L’occasion de découvrir une série uchronique complètement barée dans un premier volume, en attendant la suite…

Il y a déjà 15 épisodes à se mettre sous la dent pour une histoire de science-fiction qui fleure bon les films des années 50. Imaginez que le projet Manhattan (la bombe atomique) n’ait été qu’une couverture pour d’autres projets. Imaginez qu’il y ait eu réellement des rencontres avec les extra-terrestres, que Roosevelt ne soit pas vraiment mort, … C’est un peu tout ça qu’il y a dans ces aventures sans vraiment de héros…Tout commence pourtant presque normalement. On suit la rencontre d’Oppenheimer avec Leslie Groves, le général commandant ce projet Manhattan. Ils parlent de créer une bombe atomique, d’enlever des savants allemands, de l’opération Paperclip. Et puis soudain tout bascule dans le grand n’importe quoi. Robert Oppenheimer a un jumeau maléfique et canibale. Leslie Groves est encore plus fou que l’apparence (bardé de décorations et de … grenades). Einstein semble prier devant un monolithe, Roosevelt retourne à la vie dans un ordinateur, et j’en passe.

On sombre alors dans un récit foutraque (on le sent dès l’introduction écrite…) avec des scènes gores/trash, des couleurs flashies très typiques du style SF, des extra-terrestres pas très glamour et des robots qui rappellent les films de cette époque. On y va fort dans la conspiration, les trahisons, les rebondissements improbables, les portes temporelles et ça part justement dans tous les sens dans le temporel (flash back, forward, back….argh, j’ai mal au coeur). Comme je le disais, il n’y a pas vraiment de héros, tous les personnages étant complètement fous à un point plus ou moins grave. C’est même l’improbable Wernher von Braun, le père des V2 nazis, qui se retrouve presque sauveur du monde…. ou fossoyeur, on ne sait pas. Ca part tellement dans tous les sens qu’on ne sait jusqu’où ils peuvent aller.

On en est aujourd’hui au Vol.6 aux USA, ce qui laisse espérer d’une édition par an pour la France. Ca me paraîtrait un bon rythme pour digérer ça (pas comme Oppenheimer….). Pour amateurs avertis car il faut accepter de sortir des lieux communs du genre.

4 réflexions au sujet de “BD : The Manhattan Projects de Jonathan Hickman et Nick Pitarra (2012)”

  1. Ton lien vers « Paperclip » ne semble pas aller au bon endroit ?
    Justement il y a que mois j’ai regardé un documentaire sur cette opération, c’était assez intéressant et pas de la SF. Merci de nous partager tes découvertes « déjantées » 🙂
    A pluche.

  2. Merci pour le partage.

    En effet cette série est folle. Son auteur d’ailleurs est un habitué des histoires farfelues.

    Si tu ne les as pas déjà lu je te conseille, du même auteur.
    – Pax Roman à
    – The Nightly News
    – The Black Monday Murder

    Et East of West pour le western SF.

Les commentaires sont fermés.