BD : Demo de Brian Wood et Becky Cloonan (2005

C’est un lourd pavé de près de 500 pages au format Comics book que nous offre Glénat sous le titre énigmatique de démo. Un voyage dans l’adolescence, dans le monde de Brian Wood et Becky Cloonan, sur fond de super-pouvoirs.

Si l’éditeur français classe ça dans la catégorie Roman Graphique, c’est plus pour le coté adulte et désenchanté qui ressort de cet ouvrage. Car nous suivons adolescents ou jeunes adultes découvrant ou tentant de vivre avec leurs pouvoirs. Cela nous rappelerait presque quelques jeunes héros des X-Men, sauf qu’ici nous ne sommes pas chez Marvel mais chez un indépendant qui a ensuite été édité chez DC. Le scénario de Brian Wood n’est donc pas unique mais réparti sur 18 histoires courtes. Becky Cloonan offre un trait nerveux et ténébreux à chaque histoire. On peut même y trouver un style manga sur certains épisodes.

Alors évidemment, ce sont des auteurs de ma génération et ce n’est pas très gai, entre « no future » et grunge ou emo. On reprochera au récit un coté très blanc parfois même redneck, même si ce n’est pas très tendre pour aucune de ces communautés. Le lecteur ressentira souvent un malaise dans ces histoires, une angoisse quand on ne devine pas le super-pouvoir. Il n’y a pas vraiment de faiblesses dans ces récits et c’est déjà assez remarquable. Mais d’un autre coté, en choisissant de se raccrocher au monde des super-héros, il peut y avoir un malentendu.

Pour ma part, c’est un des meilleurs comics que j’ai lu depuis longtemps. Les premiers numéros datent de 2005 et ça se sent un peu, pour une sortie française en 2017. J’ai bien trouvé certaines planches un peu brouillonnes pour un noir et blanc aussi contrasté que le dessin de Cloonan. Les intermèdes entre les histoires auraient pu reprendre des couvertures originales du comics mais ce sont de bien maigres défauts pour ce recueil. Je suis maintenant bien embêté entre les oeuvres du scénariste et celles de la dessinatrice, pour continuer un bout de chemin avec eux.