Souvenir de Gamer…et lecteur : initial D (1995 – 1999)

Avant tout, Initial D, c’est un manga de Shūichi Shigeno parlant de course automobile. Bon, ça parait aussi banal qu’un manga parlant de football ou de pèche à la ligne. Mais il y a un petit plus qui l’a fait devenir d’abord une série animée, puis un jeu vidéo…. discutable.

J’ai découvert cette série en format japanime (et même en Fansub!) par des échanges avec des amis au début des années 2000. Passionnés de course automobile, fans de gran turismo, nous trouvions alors tous les ingrédients dans ces petits épisodes courts : Des courses sélectives, des véhicules japonais tunés, du dépaysement et un « combat 1 contre 1 » au volant. L’histoire, car il y en a une, est la suivante (Wikipedia)

Au Mont Akina, les courses entre pilotes chevronnés se déroulent tous les week-ends. Mais l’équipe locale des Speedstars semble dépassée par l’arrivée massive de stars du volant. Devant l’impossibilité de relever un défi qui leur est proposé, une seule solution apparaît : faire confiance à la légende urbaine qui court sur un mystérieux pilote local qui dévale la montagne à toute allure. Personne ne soupçonne alors Takumi Fujiwara un lycéen de dix-huit ans ne connaissant rien aux voitures, d’être ce génie du volant. Le jeune homme ne fait que livrer le Tofu familial dans la région, par conséquent, il connaît les routes du coin par cœur qu’il aborde au volant de sa Toyota Sprinter Trueno (AE86), à une vitesse hallucinante.

Voilà posé ce qui en fera une série culte dans le microcosme des fans d’automobile, au même titre qu’Olive et Tom pour le Foot. Il y a en effet l’exotisme des courses de côte sauvages au Japon mais surtout c’est le combat de David contre Goliath réinventé. Pour situer, la Toyota Sprinter Trueno AE86, c’est une voiture qui ne ressemble à rien, sinon la voiture de monsieur tout le monde. C’est un peu la Clio pour nous mais celle là a quelque chose de spécial sous ses entrailles. Le Blog Auto en a fait un bon article (quand ils ne recopient pas des conneries de l’étranger, c’est tellement mieux). Et puis le jeune garçon hyper doué qui va, à force de travail, se révéler le meilleur, c’est tellement japonais. On passe de longs moments à le voir s’entrainer avec un pot de Tofu qui ne doit pas déborder pendant le trajet, tout en étant le plus rapide possible. Son père est plutôt humiliant, gardant son secret, le fil rouge de la série… Après il faut évidemment rajouter une amourette, une rivalité avec un méchant, etc…

[youtube=https://www.youtube.com/watch?v=jgvBCwe0PFQ]

Il y a quelque chose de terriblement gratifiant à vaincre plus fort que soi, plus riche que soi, par sa technicité, par son intelligence. C’est un peu, en filligrane, la revanche du Japon qui à l’époque fait la nique à l’industrie automobile américaine. Pourtant, on ne voit dans la série que des véhicules très très japonais, la plupart n’étant pas vendus en Europe….quoique. On retrouve donc la MR Toyota, la Celica GT4 de rallye, mais aussi la mythique Skyline GTR de Nissan (avant que ça ne devienne ce truc surpuissant presque caricatural) et j’en passe. Les voitures utilisaient aussi un peu d’image de synthèse dans l’animé. Mais comme en plus on retrouvait ces mêmes voitures sur le phénomène Gran Turismo, il y avait une identification plus facile. La série a finie par être diffusée en France un peu plus tard, trop tard….mais il y en a eu des déclinaisons, comme le Manga, usant l’histoire jusqu’à la corde. On a même eu un film avec de vrais acteurs en 2005. Il faudrait que je le vois pour rire….Car s’il n’est pas sorti en France, il y a sans doute de bonnes raisons.

la position idéale pour un virage?

Alors évidemment, on a un éditeur japonais qui s’est dit qu’il fallait exploiter le filon. Le jeu sur psx est labélisé par l’éditeur officiel. Il possède à la fois un mode « Story » essayant de recréer la trame de l’histoire et un mode « free run »  qui permet de s’entrainer librement. Si j’en crois les sites spécialisés, il a ses fans. Je ne suis déjà pas fan de Drift (mon cerveau est trop formaté surement), mais là, on est dans le grand n’importe quoi par rapport à Ridge Racer ou Out Run par exemple. On est très loin de la simulation aussi et à l’arrêt, la voiture peut pivoter toute seule, cherchez l’erreur. Alors c’est vrai qu’un fois intégré ce contrôle très particulier, ça peut être fun. Mais pour moi, c’est infâme et pas du tout dans l’esprit du manga qui parle de mise au point, de précision. L’environnement est assez monotone mais plutôt réaliste, si on aime la nuit. C’est rapide et on aura droit à des suites…. concentrées sur le japon et éditées par Sega. On trouve donc le jeu sur Gameboy mais aussi sur PS2, PS3 en plus de la borne d’arcade.

[youtube=https://www.youtube.com/watch?v=lWj73mCgg6U]

Initial D, c’est un peu l’origine de la mode du Drift, celle qui consiste à conduire en regardant par la portière. Si les jeux sont particuliers, si le scénario du manga reste basique, il y a quelque chose de simple qui en a fait une oeuvre culte, pour de bonnes et mauvaises raisons. Ce n’est donc pas forcément rejouable et une série suffira sûrement à se faire une idée. Et pourtant, je suis passionné.